Salma Baloul, DRH d’Ansamble Maroc : « Nos Femmes et nos Hommes sont notre richesse : notre succès dépend de leur engagement. »

Interview de Salma Baloul, DRH d’Ansamble Maroc

Salma Baloul, DRH d’Ansamble Maroc

Salma Baloul, DRH d’Ansamble Maroc

Conjoncture : Quels sont vos principaux enjeux RH ?

Salma Baloul : Créée en 2009, Ansamble Maroc est une jeune entreprise qui connait un très fort développement dans un marché lui-même en pleine croissance. Aujourd’hui, l’entreprise est classée 2ème sur le marché de la restauration collective au Maroc et emploie 1 000 salariés. Chaque jour, 44 000 repas sont servis sur 76 sites répartis sur le territoire national. Dans ce contexte de croissance rapide, le recrutement et la formation constituent des enjeux RH majeurs. Le marché de l’emploi au Maroc souffre toujours d’une inadéquation poste/profil. Même s’il n’y a jamais d’adéquation parfaite, l’entreprise sait qu’elle va devoir consacrer du temps, de l’argent et de l’énergie pour former ses salariés et, au-delà des compétences techniques, il lui faudra aussi développer leur savoir-être et leur capacité à communiquer. Nous avons fait le choix stratégique de diversifier nos marchés en travaillant avec le secteur public et privé. Totalement orientés « services à la clientèle », nous devons nous adapter aux besoins et demandes spécifiques de nos clients qui sont de plus en plus exigeants. Cela nécessite flexibilité et réactivité au niveau des ressources humaines. Autre enjeu, en tant que RH, nous devons être à l’écoute de notre client interne, le collaborateur. Notre rôle primordial est de comprendre les besoins de nos salariés, d’améliorer leurs conditions de travail dans la mesure du possible et de mettre en place des canaux de communication fluides et efficaces tout en respectant nos engagements et nos budgets. Par ailleurs, pour développer les conditions économiques, environnementales, sociales de notre activité, il est nécessaire que les différents acteurs opérant dans le domaine collaborent afin de mettre en place une convention collective qui permettra à terme de dynamiser ce secteur.

Quelle est votre politique en matière de recrutement et de formation ?

En 2014, nous avons recruté près de 400 personnes. Ces embauches concernent principalement tous les métiers de la restauration et les fonctions support. Nous travaillons énormément avec les instituts de formation, en particulier ceux de l’OFPPT, de l’INDH. Dernièrement, nous avons développé des partenariats avec des associations marocaines pour l’insertion des jeunes, dans une démarche « gagnant-gagnant ». Nous embauchons ainsi une forte proportion de stagiaires que nous accueillons dans le cadre de leur cursus de formation. Nous recevons également beaucoup de candidatures spontanées déposées sur nos différents sites, via Internet ou lors des forums de recrutement. Pour les profils qualifiés difficiles à trouver, nous faisons appel à des cabinets de recrutement. Par ailleurs, nos collaborateurs nous recommandent souvent des personnes de leur entourage. Les jeunes recrues passent par une phase d’intégration. Ce processus nous permet de leur transmettre un maximum d’informations sur les valeurs et la philosophie d’Ansamble Maroc. Ils sont formés sur le terrain et assurent ensuite le développement de leur carrière. En ce qui concerne les postes de responsabilité en cuisine, nous demandons un niveau de formation et d’expérience minimum pour être en phase avec nos standards de production et les exigences de nos clients. Pour répondre à la pénurie de certains profils, nous encourageons aussi les recrutements en interne pour faire monter en compétences nos équipes. Cela est nettement plus avantageux, car une personne qui bénéficie d’une promotion interne est extrêmement motivée, engagée et développe son esprit d’appartenance à l’entreprise en toute confiance. La formation des collaborateurs est un élément essentiel, car nous devons constamment mettre à jour leurs compétences techniques et professionnelles. La formation se fait surtout sur le terrain. Nous avons la chance d’avoir des collaborateurs qui disposent en moyenne de 15 à 20 ans d’expérience et qui transmettent leur savoir-faire aux plus jeunes. Étant donné la nature de notre métier, nous sommes très vigilants par rapport au respect des standards de qualité et des préparations en cuisine.

Quels ont été vos principaux chantiers RH ces dernières années ?

Notre politique RH va principalement dans le sens du développement du capital humain, car c’est un enjeu stratégique pour notre croissance. Souhaitant se positionner en tant qu’entreprise citoyenne, il est de notre devoir de prendre en compte les dimensions sociales, humaines et environnementales liées à notre activité et de les développer selon nos ambitions tout en faisant participer nos différents partenaires. En 2014, nous avons lancé un important chantier social : la mise en conformité légale et réglementaire de nos process et nos pratiques RH. Ce chantier a commencé par la mise en place de procédures de gestion RH internes favorisant une gestion efficace et rationnelle des flux. L’objectif est d’atteindre un modèle RH adapté et dynamique qui supporte les besoins stratégiques et opérationnels de l’entreprise. En 2015, plusieurs projets sociaux ont vu le jour au profit des collaborateurs d’Ansamble Maroc afin d’asseoir notre ambition d’entreprise citoyenne. En parallèle, des projets de développement RH sont en cours de déploiement, en particulier ceux concernant l’évaluation de la performance et le développement des compétences. La mise en place d’un référentiel RH adapté aux différentes catégories de métiers a pour but de faire évoluer les salariés, mais aussi de leur donner de la visibilité sur leur carrière. Aujourd’hui, nous nous sommes fixés un délai de trois ans pour transformer notre modèle RH en un modèle encore plus ouvert et participatif et qui tient compte de l’évolution de notre métier.

Comment fidélisez-vous vos collaborateurs ?

Les avantages sociaux qui touchent à la santé et à la protection de la famille sont très importants. Nos collaborateurs bénéficient gracieusement depuis mars 2015 d’un contrat d’assistance, en complément du contrat de prévoyance santé et de la retraite. Pour faire face aux imprévus,  nos collaborateurs, jeunes et âgés en moyenne de 30 à 35 ans, ont besoin de savoir que leur employeur est présent en cas de problème. En mai dernier, nous avons créé avec l’appui de la Direction Générale le fonds de solidarité qui a pour but d’aider financièrement les salariés confrontés aux accidents de la vie. Leurs conjoints, leurs ascendants et descendants peuvent également bénéficier de cette aide. à son ouverture, le fonds a été alimenté par une participation importante déposée par Ansamble Maroc, puis par les cotisations mensuelles symboliques des collaborateurs dont le montant total est doublé par l’entreprise chaque mois. Par ailleurs, nous tenons informés nos salariés des nouveautés par la newsletter interne. C’est un outil de communication très intéressant qui aide à construire la culture d’entreprise. Elle informe sur la vie de l’entreprise, valorise les parcours les plus exemplaires, maintient le lien entre les régions. Grâce à toutes ces actions, notre taux de turnover a été revu à la baisse et nous permettons à nos collaborateurs de travailler dans un environnement sain.

Quelles sont les actions mises en place pour améliorer le climat social ?

Le climat social est le fruit d’un partenariat entre les membres de la Direction, les collaborateurs et les instances représentatives du personnel. La DG, la DRH et la Direction des Opérations sont les garants de ce climat social. Fortement impliqués, nous sommes donc très à l’écoute de ce qui se passe sur le terrain. Le meilleur moyen pour améliorer notre climat social est la communication et le partage d’information en toute transparence. Depuis le mois d’août dernier, des réunions avec les représentants du personnel ont été organisées. Elles permettent de recueillir les attentes, d’échanger sur les différents sujets et de maintenir ainsi un climat social sain et stable. Nous tenons un discours responsable : quand nous prenons un engagement, nous le respectons jusqu’au bout. Les délégués des salariés sont des anciens qui ont grandi et évolué avec l’entreprise depuis sa création. Ils représentent le parfait exemple de ce que l’entreprise peut offrir en termes d’évolution de carrière et de reconnaissance. Ils sont la preuve vivante que notre modèle RH fonctionne, que nous sommes sur la bonne voie. C’est ce qui crédibilise toute la politique RH de l’entreprise.

Propos recueillis par Nadia Kabbaj

 

Articles à la une