Tourisme – Après la crise, la nécessaire mutation

Très durement touché par la pandémie de Covid-19, le secteur marocain du tourisme peine à renouer avec la croissance et mise sur la saison estivale 2022 pour retrouver son rythme de 2019. Désastreuse pour toute la chaîne de valeur, en particulier pour les PME et les très petits acteurs, la crise a mis en lumière certains problèmes structurels antérieurs tels que la forte dépendance à la saisonnalité ou encore le manque de diversification des marchés émetteurs. Le Maroc dispose pourtant d’un large potentiel, souvent peu exploité, et il est très attendu en termes de tourisme durable, avec notamment le tourisme rural ou le tourisme culturel.

Lire les autres articles du dossier

Articles à la une