Secteur textile au Maroc 

Le textile à usage technique, un potentiel à explorer

Propulsé sur le devant de la scène depuis le début de la pandémie grâce à ses usages médicaux, le textile technique est au cœur d’un écosystème en pleine expansion au Maroc. Il représente 17 % des investissements textiles réalisés dans le cadre du Plan d’Accélération Industrielle et s’inscrit dans une dynamique internationale prometteuse.

Les domaines d’application des textiles à usage technique (TUT) sont au cœur de nombreuses industries et se développent chaque jour à travers le monde : dispositifs médicaux, matériaux de construction, renforcement des sols, matériels agricoles, protections chimiques, équipements sportifs, vêtements anti-feu… Ces tissus, qui sont recherchés pour leurs propriétés très spécifiques, répondent à des cahiers des charges stricts, ainsi qu’à de multiples normes, en fonction du domaine concerné.

Un marché à fort potentiel

Selon Mohamed El Wazna, Chargé de mission au sein du Cluster des Textiles Techniques Marocains (C2TM), « cette filière innove en permanence et son potentiel grandit sans cesse : en 2018, le marché mondial des tissus à usage technique était estimé à 180 milliards de dollars, avec une projection de 244 milliards de dollars pour 2024 ». Dans ce contexte, le marché marocain est également dynamique, passant de 10 à 12,5 milliards de dirhams entre 2015 et 2018, avec un potentiel estimé à 17 milliards de dirhams.

Quant aux importations, elles représenteraient plus de 7 milliards de dirhams, ce qui pourrait inciter les entreprises marocaines à investir dans cette filière. Ainsi, la banque de projets industriels, lancée en 2020 par le Ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Économie Verte et Numérique, propose 8 fiches-projets concernant le textile agricole, le géo-textile, le textile médical, les vêtements professionnels ou encore les équipements « outdoor ». L’efficacité dont les entreprises marocaines on fait preuve pour fabriquer des masques et des équipements de protection, au début de la pandémie, a démontré la capacité du secteur à développer ses activités dans le textile médical. Aussi, le Centre Technique du Textile et de l’Habillement (CTTH) a mené le projet « Étude du marché des textiles techniques destinés au secteur médical au Maroc et sélection des produits à fort potentiel pour une production locale », en partenariat avec le C2TM, l’ESITH et la Fondation MAScIR.

Il en ressort que le textile médical fait partie des segments des TUT les plus rentables et les plus prometteurs : « en 2022, la consommation mondiale des textiles de santé devrait atteindre 12,9 milliards de dollars, avec un taux de croissance annuel moyen de 6,4 % ». Ainsi, des opportunités très intéressantes existent pour les industriels marocains, sur le marché local comme à l’international.

Au-delà du textile médical, Mohamed El Wazna explique que bien d’autres segments des TUT peuvent faire l’objet de projets ambitieux. Il cite l’exemple des tissus enduits, utilisés dans de nombreux domaines, qui représentent une grande part des importations (environ 1/3 des TUT importés) et qui pourraient être fabriqués localement.

Un accompagnement spécifique

Plus généralement, explique Mohamed El Wazna, « notre cluster soutient les entreprises qui souhaitent se positionner sur des filières textiles techniques à forte valeur ajoutée. Nous les accompagnons dans la réalisation des études de marché et dans le développement du produit, en effectuant les tests physicochimiques ».

Par ailleurs, le cluster C2TM propose également une labellisation des projets de R&D collaboratifs, afin de faciliter les démarches pour trouver des financements et des partenaires. De même, il organise chaque année le concours Innov’tex Maroc, qui récompense les meilleurs projets de la filière au sein de trois catégories : entreprises, inventeurs individuels et jeunes chercheurs. Les gagnants se voient offrir une assistance personnalisée du cluster.

Thomas Brun

Articles à la une