Les jeunes entrepreneurs marocains à succès

Green Watech, pour démocratiser l’accès aux services d’assainissement

Résoudre l’un des défis mondiaux qu’est l’accès à l’assainissement pour tous, tel est le défi que s’est lancé Salma Bougarrani en mettant en place une solution économique et efficace pour le traitement et la réutilisation des eaux usées pour l’irrigation des légumes destinés à la consommation humaine. Portrait.

«  Green Watech est une entreprise sociale marocaine qui propose des stations d’épuration et de réutilisation des eaux usées clé en main. Notre objectif est de démocratiser l’accès à un service d’assainissement adéquat pour toutes et tous en Afrique et en particulier pour la population rurale et para urbaine afin de leur permettre l’accès au droit fondamental : l’accès à l’eau et aux services d’assainissement », explique Salma Bougarrani, cofondatrice et Directrice Générale de Green Watech, startup fondée en 2018 et spécialisée dans l’assainissement.

Basée sur une technologie low cost et eco-friendly, Green Watech propose pour le milieu rural et principalement les zones enclavées des systèmes de traitement des eaux usées pour les particuliers, pour les filières semi-collectives et les sites de 10 à 10 000 personnes. « Notre solution innovante Filtre à Sol produit des eaux usées de haute qualité conforme aux normes d’irrigation de catégorie A et peuvent être utilisées en toute sécurité dans l’irrigation des cultures à destination humaine. L’application de ce procédé offre une solution écologique, durable, efficace et économique en raison de son coût réduit d’investissement et d’entretien », poursuit Salma.

En effet, grâce cette technologie, les coûts d’implémentation sont réduits de 30 à 35 %, les frais de maintenance de 70 à 80 % et l’utilisation d’engrais chimiques de 30 % à 40 %. Aucune facture d’électricité n’est à payer, la consommation en eau est réduite d’environ 70 % via la réutilisation des eaux usées traitées en irrigation.

Des milliers de villages marocains concernés

« Au Maroc, 32 000 villages n’ont pas accès à un système d’assainissement adéquat, soit près de 15 millions de Marocaines et Marocains. Les eaux rejetées sont néfastes pour la santé des populations et sur l’environnement. C’est pour résoudre cette problématique que j’ai décidé de m’investir dans ce domaine. Aujourd’hui, notre solution permet de réduire les effets des rejets d’eaux usées, en particulier les maladies de l’eau, de protéger les ressources en eau, d’accroître la sensibilisation à la préservation de l’environnement et de promouvoir l’éducation des enfants dans les écoles rurales en fournissant un bon service d’assainissement », précise Salma, titulaire d’un doctorat en traitement avancé de l’eau de l’Université Mohammed V et de l’Université de Leipzig en Allemagne. Salma possède par ailleurs une expérience professionnelle à l’échelle internationale, notamment en Afrique, en Asie et en Europe et dans diverses facettes de l’industrie de l’eau. En 2018, elle a reçu le Grand Prix de l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (UNIDO-CLEANTECH) ainsi que le Grand prix Méditerranée du Futur de la Région Sud en France.

Pour lancer son projet, Salma intègre un programme hollandais Orange Corners géré au Maroc par l’incubateur Bidaya et son projet remporte en 2021, le prix OCIF (Orange Corners Innovation Fund) organisé par l’Ambassade des Pays-Bas au Maroc. « C’est ce qui nous a permis de nous faire connaître et d’avoir les investissements nécessaires. Nous avons aussi bénéficié d’un programme de la Caisse Centrale de Garantie à travers les produits Innov Idea et Innov Star », explique Salma. Aujourd’hui, Green Watech, en plus de contribuer au développement de l’agriculture et la santé publique en participant d’une part à l’amélioration de la qualité de vie et du bien-être de la population rurale et d’autre part, à la protection de l’environnement en limitant la pollution générée par l’absence du traitement des eaux usées, offre également des opportunités d’emploi pour la population locale en participant à des travaux d’ingénierie lors de la conception de la station d’épuration des eaux usées ainsi que par le développement du secteur agricole.

« Nous faisons également de la formation et de la sensibilisation auprès des populations des villages où nous installons nos stations pour que ces derniers puissent les reprendre et en assurer l’entretien. Près de 7 000 personnes ont été touchées depuis que nous avons commencé. L’objectif est que ces stations, qui ont une durée de vie de 20 ans, soient pérennes », souligne Salma. Actuellement, Salma est l’ambassadrice officielle du Next Einstein Forum au Maroc, présidente de l’Africa Science Week, une initiative qui vise à promouvoir la science et la technologie sur le continent africain, et tout récemment elle a été sélectionnée parmi les huit Marocaines finalistes de Women in Africa54 (WIA54-2021) et élue révélation développement durable en Afrique.

Dounia Z. Mseffer

Articles à la une