Les CMC : pont entre les besoins en compétences des entreprises et les attentes des jeunes

Accompagner le développement économique du Maroc, et améliorer la compétitivité des entreprises ainsi que l’insertion professionnelle des jeunes, tels sont les objectifs des Cités des Métiers et des Compétences (CMC). Un projet lancé en 2019 pour le développement de la formation professionnelle au Maroc. Détails

Implantées progressivement dans chacune des douze régions du Maroc, les Cités des métiers et des compétences (CMC) constituent la colonne vertébrale de la nouvelle feuille de route pour le développement de la formation professionnelle au Maroc.
Afin de répondre aux besoins en compétences des écosystèmes économiques régionaux et d’accompagner ainsi leur développement, les CMC ont pour objectif d’accueillir chaque année 34 000 stagiaires. La carte de formation, arrêtée en concertation avec les professionnels et parties prenantes régionales, afin de garantir son adéquation avec les spécificités du territoire et les ambitions de développement des régions, a été déclinée en 195 filières couvrant douze secteurs, dont trois nouveaux : le digital et l’intelligence artificielle, la santé et les services et à la personne et à la communauté.

Les parcours de formation seront dédiés à 68 % à la formation diplômante, à travers trois niveaux ciblant les jeunes de 15 à 30 ans. Une formation qualifiante de courte durée sera en outre proposée pour permettre l’acquisition ou l’approfondissement de compétences spécifiques, avec à la clé l’obtention d’un certificat.

En plus des pôles sectoriels dédiés à l’apprentissage des métiers, les CMC disposeront également d’espaces consacrés à l’apprentissage des langues, au renforcement des soft skills et au développement des compétences entrepreneuriales.

Les CMC bientôt opérationnelles

La CMC du Souss-Massa, dont le démarrage officiel est prévu pour la rentrée de formation 2021/2022, a été un des premiers chantiers lancés. Le projet a nécessité un investissement global de 430 millions de dirhams, dont une contribution de 70 millions de dirhams de la Région Souss-Massa. Étalée sur 15 hectares dans la commune Drarga, elle accueillera chaque année 3 000 stagiaires. L’Institut spécialisé en agro-industrie, en cours de réalisation en partenariat avec la région de Souss-Massa, sera une antenne rattachée à la CMC et portera ainsi sa capacité d’accueil globale à 3 420 places. L’offre de formation couvrira dix secteurs (digital et offshoring, tourisme et hôtellerie, gestion et commerce, santé, BTP, industrie, pêche, artisanat…) qui se déclineront en 88 filières, dont 60 % sont nouvelles.

C’est en juin 2020 que la Région de l’Oriental a lancé le chantier de sa CMC. Située à Nador sur un terrain de douze hectares, elle accueillera 2920 stagiaires par an. L’offre de formation portera sur 74 filières, dont 58 % correspondant à de nouvelles spécialités. Huit pôles sectoriels seront ainsi dédiés à l’apprentissage des métiers : industrie, avec une mini-chaîne de production ; gestion et commerce, avec une entreprise virtuelle de simulation; digital & offshoring, avec une Digital Factory ; tourisme et hôtellerie, avec un hôtel pédagogique ; agriculture, avec une ferme pédagogique ; santé, avec une unité de soins réels ; BTP avec une maison intelligente ; et enfin un service à la personne et à la communauté, avec une crèche pédagogique. Un investissement global de 360 millions de dirhams a été dédié à la réalisation de ce projet, auquel la Région de l’Oriental a contribué à hauteur de 90 millions de dirhams.

Les travaux de construction des CMC des régions Tanger-Tétouan-Al Hoceima et Béni Mellal-Khénifra ont pour leur part été lancés en août 2020. Elles offriront respectivement des capacités d’accueil de 3 250 stagiaires pour Tanger-Tétouan-Al Hoceima et de 2 920 stagiaires pour Béni Mellal-Khénifra. Elles prendront place sur des terrains de 12 et 15 hectares mis à disposition par les régions concernées respectivement dans les villes de Tanger et Béni Mellal, indique l’OFPPT dans un communiqué de presse. Un large panel de filières de formation sera proposé, dont une majorité de nouvelles spécialités : 87 filières pour Tanger-Tétouan-Al Hoceima (dont 73 % de nouvelles) et 77 filières pour Béni Mellal-Khénifra, (dont la moitié se rapporte à de nouveaux métiers).

Organisées en pôles sectoriels, les deux Cités incluront plusieurs pôles à savoir : industrie, avec une mini-chaine de production pour Tanger ; gestion et commerce avec une entreprise virtuelle de simulation ; digital et offshoring doté d’une Digital Factory; tourisme et hôtellerie avec un hôtel pédagogique; et agriculture et agro-industrie avec une ferme pédagogique. La CMC Tanger-Tétouan-Al Hoceima comprendra également un pôle « pêche » et un pôle « santé » avec un centre de simulation, tandis que celle de Béni Mellal-Khénifra sera dotée de trois pôles : « Logistique et Transport » avec des pistes de conduite, « Bâtiment et travaux publics » avec une maison intelligente et « Artisanat ».

En septembre 2020, le chantier de la cinquième CMC a été lancé dans la région de Laâyoune-Sakia El Hamra. L’ouverture de cette CMC, dotée d’une capacité d’accueil de 2 000 stagiaires par an, permettra de porter la capacité d’accueil de l’OFPPT dans la région à plus de 10000 places pédagogiques. La CMC déploiera un total de 46 filières, dont 70 % nouvellement créées, dans six secteurs d’activité : digital et offshoring ; gestion et commerce ; santé ; logistique et transport ; pêche ; et artisanat. L’enveloppe budgétaire globale prévue pour la réalisation de ce projet est de 300 millions de dirhams, dont les deux tiers seront dédiés aux études et travaux de construction. La rentrée de formation 2021/2002 sera ainsi marquée par l’ouverture des CMC Souss-Massa, Laâyoune-Sakia El Hamra et l’Oriental. Pour la rentrée 2022/2023, ce sera au tour des Cités des régions de Rabat-Salé-Kénitra, Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Béni Mellal-Khénifra, Fès-Meknès et Guelmim-Oued Noun d’accueillir les stagiaires en formation. La rentrée 2023 sera quant à elle marquée par l’achèvement de la réalisation du programme, avec l’ouverture des Cités des régions de Casablanca-Settat, Drâa-Tafilalet, Marrakech-Safi et Dakhla-Oued Eddahab.

Et pour favoriser l’accès aux CMC des jeunes vivant dans les zones les plus reculées, chaque Cité sera dotée d’une maison des stagiaires offrant les services d’hébergement et de restauration.

Dounia Z. Mseffer

Articles à la une