Quand morale et éthique riment avec économie. Les grandes marques seraient-elles enfin soucieuses de leur image ?

Pourquoi avoir une démarche de responsabilité sociétale ?

La genèse de ces démarches fait suite aux attaques successives de Levi’s et Nike par les ONG dans la presse américaine. Plus récemment l’effondrement d’une usine textile au Bangladesh encore vif dans notre esprit a remobilisé les entreprises vers ces démarches sociétales. Levi’s est premier groupe à émettre son Code de Conduite en 1991 suivi de Nike en 1992 et Wallmart en 1995.

S’en sont suivi des référentiels dans le domaine de l’habillement et la chaussure, puis du jouet et des autres biens de consommation puis plus récemment par les domaines électrique et agricole.

Si au départ l’audit est utilisé comme un outil de mesure de la conformité sociale. Aujourd’hui, il est utilisé comme un outil de sélection et de suivi de la performance.

Dans ce contexte et environnement international où les parties prenantes comme les ONG, associations de consommateurs, pouvoirs publics s’impliquent de plus en plus sur le sujet de la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) Les entreprises donneurs d’ordres ont ratifié de nombreux engagements (Global Compact, codes de conduite, chartes…) sur lesquelles elles se doivent de justifier les actions menées

Distributeurs et sociétés à marque sont publiquement exposés et se doivent de démontrer leurs actions positives dans le choix de leurs fournisseurs.

De nombreux standards (ex : Initiative Clause Sociale, Ethical Trade Initiative,…) et codes de conduite ont été récemment développés afin de pallier à ces nouvelles problématiques.

L’objectif étant de démontrer que la politique de sélection des fournisseurs peut être basée sur des critères rigoureux concernant les conditions de travail, de vérifier que les fournisseurs respectent les préoccupations et/ou engagements de l’entreprise cliente en terme de responsabilité sociale et/ou environnementale.

Mais également de faciliter la transparence sociale des fournisseurs, d’amener les fournisseurs dans une démarche d’amélioration continue. C’est un réel outil de gestion du risque et de suivi de la performance.

On peut distinguer des démarches de fédérations comme : World Responsible Apparel Production (WRAP) – USA, International Council of Toy Industries (ICTI) – Monde et Fair Labor Association (FLA) – USA. Et de démarches nationales comme  : Ethical Trade Initiative (ETI) – UK, Business Social Compliance Initiative (BSCI) – EU – ALL et Initiative Clause Sociale (ICS) – Fr. On trouve également de nombreuses démarches individuelles comme        Bouygues Telecom, Sanofi-Aventis, Ford, Levi’s, Nike, Nestlé, Decathlon…

SGS avec plus de 10 000 audits conduits par jour au travers de son réseau mondial d’auditeurs participe activement à cette démarche. En effet aujourd’hui SGS est le premier organisme accrédité pour la certification SA 8000.

Quelque soit la démarche choisie, le succès de l’approche réside dans les moyens mis en œuvre à l’accompagnement et au suivi des fournisseurs …

En sachant que les audits reposent sur 5 bases qui sont : la déclaration universelle des droits de l’homme, la Convention de l’OIT, Norme Sociale  : SA 8000, Normes HSE  : ISO 9000 / ISO 14000 /OHSAS 18000 et Lois Locales.

Ces audits ne sont en aucun cas intrusifs mais bien formateurs.

Le travail des enfants, le travail forcé, la discrimination, les pratiques disciplinaires, les horaires de travail, la liberté d’association, la rémunération et la santé sécurité sont autant de points audités pour permettre au dirigeant de piloter son entreprise sereinement et sainement et aux donneurs de suivre et pérenniser son partenariat avec l’usine.

Le Maroc n’est pas épargné pas ces préoccupations et ces audits permettent aujourd’hui après la prise de conscience de tirer vers le haut un outil industriel dont les challenges ne cessent d’évoluer. L’engagement dans une démarche sociétale est la clef d’entrée vers de nouveaux marchés.

La responsabilité sociétale c’est l’affaire de tous pour le bien de tous.

 

Stephanie Savournin,SGS.

Articles à la une