L’usine Novares ouvre ses portes à Kénitra

Né il y a un an de la fusion du Français Mecaplast et de l’Américain Key Plastics, le Groupe Novares a inauguré le 19 septembre dernier à Kénitra son 42site de production dans le monde et sa première usine nord-africaine. Le spécialiste de l’injection plastique se rapproche ainsi de deux de ses clients : les constructeurs Renault et PSA. Quelques mois auparavant, Novares avait déjà implanté à Kénitra un centre technique afin d’offrir également un service développement de proximité.

La nouvelle unité, qui s’étend sur une superficie de 10 700 m², fournira notamment l’industrie automobile en filtres à air, cache-moteurs acoustiques, garde-boues, barres de toit…, fruits des dernières techniques d’injection plastique et d’application de vernis. En effet, afin de limiter le transport des pièces, ces dernières seront peintes sur place avant d’être livrées pour l’assemblage. Selon le Ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Économie Numérique, il est important de veiller à améliorer le taux d’intégration « pièce par pièce » en vue « d’enraciner davantage l’industrie automobile au Maroc ». Moulay Hafid Elalamy a également souligné que « Le taux d’intégration a progresséau fil du temps. Pour l’un des constructeurs [NDLR Renault], il dépasse les 50 % et plus de 60 % pour PSA. » L’objectif étant, à terme, d’atteindre un taux d’intégration « quasi total ».

Actuellement, l’usine emploie une quarantaine de salariés. L’effectif devrait passer à 80 d’ici la fin de l’année et à plus de 200 personnes après 18 mois, d’après Pierre Boulet, Directeur Général de Novares qui prévoit une mise en route graduelle des activités.

Outre le fait de se rapprocher de ses clients, Novares a choisi le Royaume pour les avantages octroyés aux investisseurs : « Le Maroc offre un environnement favorable à l’investissement ainsi qu’à l’industrie. Il y a quelques années, quand j’avais visité le site de Melloussa, j’avais été frappé de voir que l’État marocain avait construit les infrastructures avant les usines. C’est aussi un pays où l’on trouve des financements » a déclaré Pierre Boulet.

Le projet, qui représente un investissement compris entre 25 et 30 millions d’euros, a pu également bénéficier d’un prêt de 16,5 millions d’euros de la part de la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD) pour la construction des bâtiments et l’achat des équipements et des machines. À terme, la filiale marocaine de Novares devrait réaliser 3 % du chiffre d’affaires mondial du Groupe.

 

Articles à la une