Les habitudes de commerce en ligne vont perdurer après la crise, selon une étude

La CNUCED et NetComm Suisse (l’association suisse des acteurs du commerce en ligne) ont publié en octobre dernier une étude qui dévoile les habitudes des consommateurs en matière de commerce en ligne depuis le début de la pandémie de Covid-19, mais aussi les perspectives pour l’après-crise. Baptisée « COVID-19 et commerce électronique », cette étude s’est penchée sur neuf pays aux caractéristiques très différentes, à la fois développés et en développement : Afrique du Sud, Allemagne, Brésil, Chine, Corée du Sud, Italie, Russie, Suisse et Turquie.

Les auteurs constatent notamment que « la probabilité que les activités de commerce en ligne augmentent plus fortement est plus importante dans les économies avec une plus petite proportion d’acheteurs en ligne actifs avant le Covid-19 ». Dans le panel de pays étudiés, c’est la Chine, la Turquie et la Corée qui ont vu l’utilisation du e-commerce augmenter le plus fortement. C’est dans l’électronique, les cosmétiques et produits de beauté, la pharmacie et le bricolage et jardinage que les transactions internet ont connu l’accroissement le plus important. En revanche, dans tous les domaines, le montant mensuel moyen d’achats a chuté et c’est le secteur des produits de première nécessité qui a le mieux résisté.

Si, en moyenne, les consommateurs pensent plus fréquemment garder les habitudes d’achat en ligne acquises pendant l’épidémie, c’est dans les pays émergents que cette tendance est la plus marquée. « La pandémie de Covid-19 a accéléré la transition vers un monde plus numérique. Les changements qui sont effectués maintenant auront un impact à long terme, quand l’économie mondiale redémarrera », estime le Secrétaire général de la CNUCED, Mukhisa Kituyi, dans l’étude.

Articles à la une