Les énergies renouvelables plus accessibles

Badr IkkenEntretien avec Badr Ikken, Directeur Général de l’Institut de Recherche en Énergie Solaire et Énergies Nouvelles (IRESEN)

Les énergies renouvelables sont-elles une réponse au problème de coût de l’énergie au Maroc ?

Grâce à la baisse importante du coût du kilowattheure électrique, d’origine éolien et photovoltaïque, enregistrée ces dernières années, les énergies renouvelables représentent effectivement une solution pérenne et lucrative pour réduire la dépendance énergétique et optimiser le mix énergétique. Comme le Maroc jouit de ressources importantes et abondantes dans ce domaine, cela permet d’atteindre effectivement des prix record. Dans le cadre du programme national éolien, lancé par l’Office National de l’Électricité et de l’Eau Potable (ONEE), le consortium sélectionné réalise 850 MW sur cinq sites à travers Royaume à moins de 40 centimes de dirhams le kilowattheure ! Les grandes centrales solaires thermodynamiques et photovoltaïques, réalisées et développées par MASEN atteignent également des prix compétitifs au niveau mondial.

Il y a encore, bien évidemment, des contraintes à surmonter et à prendre en considération. Ces contraintes sont principalement liées à l’intermittence des énergies renouvelables et au défi de leur intégration massive dans le réseau. Je suis cependant serein quant à l’optimisation du mix énergétique, à la gestion et la stabilisation du réseau électrique ainsi qu’à la mise en place de nouvelles solutions de stockage. Mais je suis surtout convaincu que l’approche d’ouverture engagée progressivement sur les réseaux de moyenne et basse tensions assurera une mise en œuvre sécurisée de la stratégie énergétique du Royaume.

Comment peut-on convaincre les industriels d’investir dans ces solutions ou technologies ? Quelles sont les principales mesures incitatives qui existent actuellement ?

Le riche gisement en énergies renouvelables et la baisse des coûts devraient motiver aujourd’hui tous les industriels, notamment ceux ayant un besoin énergétique élevé, à baisser leur facture énergétique. Dans différents secteurs, le besoin thermique peut être couvert en journée et stocké pour les heures creuses, notamment la génération de vapeur, la production de chaleur et de froid. Les installations photovoltaïques peuvent, quant à elles, alimenter le besoin électrique des entreprises marocaines et réduire considérablement leurs coûts de production sans recourir aux incitations. Le Ministère en charge de l’Énergie a fait passer plusieurs lois et décrets d’applications pour permettre l’intégration des énergies renouvelables au niveau de la moyenne tension et, ultérieurement, l’étendre à la basse tension. Les entreprises et industriels intéressés peuvent se rapprocher du Ministère, de MASEN ou de l’AMEE pour être conseillés et orientés.

Dans le contexte actuel, il serait très pertinent de préparer un programme national de centrales photovoltaïques distribuées, de petites et moyennes puissances, qui contribuerait fortement à une intégration locale et industrielle plus large.

IRESEN finance, quant à lui, des projets de recherche collaboratifs dans le domaine des énergies renouvelables au profit des universités et centres de recherche ainsi que des entreprises et industries marocaines. Nous sommes positionnés plus en amont afin de consolider l’expertise technique marocaine et de développer le savoir et le savoir-faire, avec comme objectif de soutenir l’émergence d’une industrie locale importante et de booster l’innovation.

Nous allons lancer très prochainement deux nouveaux appels à projet pour la recherche et développement ainsi que pour un programme de soutien à l’innovation. Ces programmes contribueront surement à motiver les entreprises à intégrer, mais aussi à développer des solutions propres pour les applications industrielles. Au niveau de notre plateforme de test, de recherche et de formation, le Green Energy Park, nous sommes également en mesure de conseiller et d’accompagner les entreprises intéressées.

Présentez-nous le projet Green Energy Park.

Ce modèle, unique en son genre en Afrique, a été mis en place par l’IRESEN avec le soutien du Ministère de l’Énergie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement et le Groupe OCP dans l’écosystème de l’Université Mohammed VI Polytechnique à Benguerir. Ouvert à toutes les universités marocaines, le projet permet de mutualiser les infrastructures de recherche et de créer un pont entre les mondes académique et socio-économique. Ce laboratoire à grande échelle constitue un espace d’innovation et d’entreprenariat attrayant et contribuera activement à faire de notre pays un leader dans le domaine de l’énergie solaire.

Green Energy park
Le projet Green Energy Park intègre notamment plusieurs laboratoires de recherche de pointe (solaire photovoltaïque et thermique à concentration) et un laboratoire extérieur constitué de plusieurs plateformes de tests et de caractérisation.

 

 

Articles à la une