L'environnement, une priorité pour Lesieur Cristal.

Capture d’écran 2014-10-10 à 12.28.48

Parlons d’environnement cette semaine et des mesures qui visent à réduire la pollution industrielle. Conjoncture.info a rencontré Nezha Hafid, Directrice Adjoinde Qualité, Sécurité, Environnement chez Lesieur Cristal.

Conjoncture.info : En parlant de prise de conscience environnementale, celle de Lesieur Cristal remonte déjà à plusieurs années, qu’est ce qui l’a motivée ?

Nezha Hafid :  Depuis longtemps, ce qu’on appelle la performance économique intègre cette réalité de performance environnementale. Plus vous vous équipez de façon moderne, plus votre outil devient performant au niveau économique mais aussi au niveau de la protection de l’environnement. C’est ce que nous avons fait chez Lesieur Cristal avec la centrale de production vapeur à partir du grignon d’olive dans l’usine d’Aïn Harrouda dès 2009.Cette prise de conscience a été très encadrée par notre processus de certification ISO 14001 en 2011, la norme mondiale de référence dans le management environnemental. Cela nous a permis de faire une cartographie précise de nos impacts environnementaux et d’agir de façon efficace en terme d’investissement sur les sites pour réduire la pollution.

 

Conjoncture.info : Beaucoup d’industriels ont montré leur bonne volonté, comme les cimentiers, de gros pollueurs qui devaient réagir. Est-ce qu’à terme, on peut dire que ces mesures « vertes » pour protéger l’environnement peuvent devenir un argument commercial pour une marque comme Lesieur Cristal ?

 

Nezha Hafid : Pour Lesieur Cristal, c’est une démarche volontaire et citoyenne qui s’inscrit dans l’entreprise depuis la fin des années 90. Nous avons voulu montrer l’exemple, et tirer le secteur vers le haut. Pour répondre à votre question, ça n’est pas notre motivation première, nous avons deux types de clients, les grands comptes et les consommateurs comme vous et moi, et malheureusement, je ne crois pas que le niveau de sensibilisation à la protection de l’environnement soit assez élevé au Maroc pour faire de notre action un argument commercial, mais ça viendra. Nous, nous n’avons simplement pas le droit d’être une entreprise polluante, nous le devons à nos employés, aux riverains qui vivent autour des usines et à nos clients.

 

Propos recueillis par Franck Mathiau

Articles à la une