Le secteur automobile mondial confronté à une pénurie de puces

Des constructeurs automobiles du monde entier sont contraints de ralentir leur production à cause d’une pénurie de composants électroniques. La situation est notamment critique pour les microcontrôleurs, relate l’AFP. Début février, Ford a annoncé réduire drastiquement la production d’un de ses utilitaires phares, le pickup F-150. General Motors a quant à lui suspendu la production dans trois sites, aux États-Unis, au Canada et au Mexique. En Chine, certaines usines ont décidé de fermer jusqu’à 14 jours. En France, les usines de Stellantis (ex-PSA) ont interrompu leurs activités durant une journée en février à Rennes et Sochaux, toujours selon l’AFP. Le Maroc est également touché : l’usine Renault de Tanger a dû ralentir sa production. L’entreprise a prévu des ajustements de production du 8 au 14 février, indiquait la MAP le 8 février dernier. À l’échelle mondiale, la pénurie pourrait retarder la production de 672 000 voitures au premier semestre, en particulier en Chine et en Europe, a précisé le cabinet IHS Markit, relayé par l’AFP. Les prix des pièces devraient de plus augmenter. Selon l’agence, qui cite notamment un expert, cette pénurie est liée au fort ralentissement de l’industrie automobile enregistré début 2020 qui a provoqué la mise en sommeil des approvisionnements et un décalage des investissements programmés. Mais cette situation s’explique aussi par une reprise plus importante qu’envisagé en Asie ainsi que par une forte demande de puces dans le secteur de l’électronique, dont les besoins ont explosé avec la pandémie.

 

Articles à la une