Le point sur la crise du Covid-19 au Maroc

Le Comité de veille économique a tenu sa quatrième réunion et a annoncé avoir travaillé sur un plan de sortie de crise. Au plan international, le G20 a annoncé la suspension du service de la dette pour les pays à faibles revenus.

Le Ministère de l’Économie, des Finances et de la Réforme Administrative a décidé mardi 14 avril de considérer l’état d’urgence sanitaire et le confinement, liés à l’épidémie de coronavirus Covid-19, comme des cas de force majeure. Cette mesure vise à « éviter aux entreprises titulaires de marchés publics de supporter des pénalités pour des retards d’exécution qui ne leur sont pas imputables », a indiqué le Ministère dans un communiqué.

Il invite les maîtres d’ouvrage relevant des institutions publiques à ne pas tenir compte « du délai de 7 jours » pour les demandes des entreprises invoquant la force majeure, à procéder à la prorogation des délais contractuels, et à ajourner si besoin l’exécution des travaux, fournitures et services dans la limite de la durée de l’état d’urgence.

Le même jour, le Comité de Veille Économique (CVE) mis en place par le Ministère a tenu sa quatrième réunion de travail et annoncé de nouvelles mesures. Il reporte notamment le délai des déclarations de revenus des personnes physiques de fin avril au 30 juin, si elles le souhaitent. Le CVE a aussi indiqué travailler sur la sortie de crise avec les deux phases de « redémarrage progressif des différents secteurs d’activité » et de « relance vigoureuse de l’économie nationale ».

Critères d’attribution de la prime aux salariés modifiés

Alors que près de 844 000 salariés avaient été déclarés au début du mois d’avril par les entreprises en arrêt total ou partiel à cause de la crise pour recevoir la prime mensuelle de 2000 dirhams mise en place par le CVE, le portail dédié de la CNSS est désormais hors ligne. Selon le quotidien L’Économiste, les conditions d’octroi de cette indemnité seront revues pour le mois d’avril.

Cette mesure fait partie des nombreuses aides financées par le fonds Covid-19 mis en place le mois dernier et qui a recueilli près de 38 milliards de dirhams, selon le dernier décompte du cabinet Afrique Advisors, basé sur les déclarations des donateurs. Le Chef du Gouvernement SaÂdeddine El Othmani a annoncé mardi que les fonctionnaires contribueront d’office au fonds à hauteur de trois jours de salaire.

Cette décision a été contestée par la Confédération Démocratique du Travail (CDT). Selon Yabiladi, la centrale syndicale a affirmé que, « dans ce contexte national, la CDT ne refuse pas de contribuer au Fonds mais s’oppose à la contrainte sélective imposée aux fonctionnaires et employés ». Plusieurs syndicats, le 18 mars, avaient au contraire proposé cette mesure au Chef du Gouvernement.

Une ligne de refinancement pour les TPME

Bank Al-Maghrib (BAM) a de son côté annoncé une nouvelle ligne de refinancement des nouveaux crédits décaissés en faveur des TPME, selon l’agence MAP. Celle-ci est consacrée aux entreprises n’ayant pas bénéficié d’un refinancement auprès de BAM dans le cadre du programme intégré d’appui et de financement des entreprises lancé en janvier par Sa Majesté le Roi Mohammed VI. « Les banques participant à ce programme peuvent bénéficier mensuellement d’un refinancement auprès de BAM pour un montant maximum égal au volume des crédits décaissés au cours du mois précédent », indique un communiqué.

Pour la première fois depuis le début de l’état d’urgence sanitaire, le Maroc n’a enregistré aucun décès en 24 heures mardi 14 avril. En revanche, dans la nuit de mercredi à jeudi, le Ministère de la Santé a enregistré une forte hausse des cas avec 227 personnes testées positives supplémentaires. Le Maroc comptait vendredi 17 avril à 10h 2528 personnes testées positives au Covid-19, dont 133 décédées et 273 guéries. 9995 autres personnes ont été testées négatives.

Le 13 avril dernier, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a proposé « le lancement d’une initiative de Chefs d’États africains visant à établir un cadre opérationnel afin d’accompagner les pays africains dans leurs différentes phases de gestion de la pandémie », selon un communiqué du Cabinet royal. Le Souverain s’était entretenu plus tôt avec le Président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, et le Président de la République du Sénégal, Macky Sall.

La France a dépassé la barre des 15 000 morts, mais le nombre de personnes hospitalisées a baissé pour la première fois depuis le début de la crise. L’Italie et l’Espagne comptent respectivement 22 000 et 19 100 décès, mais l’épidémie ralentit également. Dans la province de Hubei, en Chine, où la pandémie a débuté, la vie reprend petit à petit.

Le nombre de cas atteint en revanche des sommets aux États-Unis, avec 640 000 contaminations détectées dont 31 600 décès. Le Président américain Donald Trump a pourtant décidé de supprimer la contribution américaine à l’Organisation mondiale de la santé (OMS), accusant l’institution de « mauvaise gestion » de l’épidémie et d’être trop proche de la Chine.

-3 % de croissance mondiale en 2020

Les prévisions pessimistes pour l’économie mondiale se multiplient. L’Organisation mondiale du commerce (OMC) a indiqué le 8 avril qu’elle s’attendait à une baisse du commerce mondial de 13 à 32 % en 2020. Le Fonds Monétaire International (FMI) prévoit une contraction du PIB de la planète de 3 % cette année.

Mais la réponse internationale à la crise économique continue de se mettre place. Le G20 a décidé mercredi la suspension partielle du service de la dette des États à bas revenus à hauteur de 14 milliards de dollars, selon le Ministre de l’Économie et des Finances français Bruno Le Maire. Cette suspension durera jusque fin 2020 et pourrait être renouvelée. L’annulation de la dette des pays africains demandée par le Président français Emmanuel Macron dans son intervention télévisée du lundi 13 avril n’a finalement pas été retenue.

L’Union européenne, qui a tardé à définir une réponse commune, a finalement annoncé le 9 avril un plan de relance. Bruno Le Maire l’a chiffré à 500 milliards d’euros dans un point presse, selon l’AFP. En France, le Premier Ministre Édouard Philippe a précisé mercredi le plan d’urgence massif d’un montant de 110 milliards d’euros qui sera mis en œuvre par le Gouvernement.

 

Rémy Pigaglio

Articles à la une