Le monde confronté à la vague Omicron

Détecté fin novembre 2021, le variant Omicron du coronavirus a provoqué ces dernières semaines une flambée des cas sur la planète. Pendant la semaine du 27 décembre 2021 au 2 janvier 2022, le nombre de cas détectés a connu une hausse de 71 % par rapport à la semaine précédente, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Il s’agit du « plus haut nombre de cas » de Covid-19 détectés depuis le début de la pandémie, a commenté le Directeur Général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus. En revanche, le nombre de morts dus au Covid-19 continue, pour le moment, de baisser. Le patron de l’OMS a également insisté sur la nécessité de mettre fin aux inégalités dans le déploiement des vaccins dans le monde, jugeant que celles-ci ont créé « les conditions parfaites pour l’émergence de variants du virus ».

Au Maroc, la tendance haussière des nouveaux cas quotidiens s’est nettement accélérée à partir de fin décembre, là aussi sans provoquer l’augmentation du nombre de décès dus au virus. Début janvier, plusieurs milliers de nouveaux cas de Covid-19 étaient détectés chaque jour, alors qu’ils n’étaient que quelques dizaines un mois plus tôt.

Face à cette nouvelle vague, les autorités marocaines ont fermé, fin novembre dernier, les frontières aériennes et maritimes, une mesure qui a été prolongée jusqu’au 31 janvier prochain, selon l’Office National des Aéroports (ONDA). Le pays a en outre adopté d’autres restrictions, dont un couvre-feu appliqué seulement le réveillon du Nouvel An. Le 6 janvier dernier, le Ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, a indiqué dans une interview au site d’informations Médias24 que 69 % des cas étaient dus au variant Omicron dans le pays. La vaccination peine pourtant à reprendre, même si la campagne de rappel a permis d’administrer des doses à près de 3,3 millions de personnes.

En Europe, redevenue l’épicentre de l’épidémie, la « vague Omicron » a entraîné l’adoption de restrictions plus ou moins importantes selon les pays. La France a battu des records de nombre de cas quotidiens, dépassant les 300 000 le 5 janvier. Les États-Unis, pays qui était déjà le plus touché au monde par la pandémie, la vague a également connu, dès début janvier, une ampleur inédite. D’après plusieurs organismes sanitaires, dont l’OMS, il semblerait que le variant Omicron provoque moins de décès et d’admissions en réanimation que les autres variants, mais il serait nettement plus contagieux. Sa propagation présente ainsi le risque de submerger les services de santé.

Articles à la une