Le GAM et le Ciaumed dévoilent une étude sur l’impact du Covid-19 sur la relation du consommateur avec les marques

Le Groupement des Annonceurs du Maroc (GAM) et le Centre Interprofessionnel d’Audience des Médias (Ciaumed) ont dévoilé fin avril dernier les résultats d’une étude baptisée « Covid-19, un an après… : quel impact sur les habitudes du consommateur et sa relation avec les marques et les médias ? ». Dans un webinaire organisé pour présenter ces résultats, le président du GAM, Youssef Cheikhi, a décrit l’étude comme une « première au Maroc avec un échantillon aussi large et autant de profondeur ».

Selon le Ciaumed, cette étude avait pour objectifs d’évaluer l’impact de la crise sanitaire sur les foyers sur le plan financier ainsi que sur les habitudes de consommation. L’objectif était également de déterminer la relation du consommateur avec les marques et les médias. L’enquête a été réalisée auprès de 2 600 foyers pendant les mois de novembre et décembre 2020. L’étude a notamment montré que 63 % des personnes actives ont arrêté leur activité pendant la période de confinement, et cela a été plus particulièrement le cas des classes populaires. À l’issue du confinement, 94 % des personnes en arrêt d’activité ont repris leur travail et 80 % des foyers ont vu leurs revenus baisser après le début de la crise sanitaire.

En termes de dépenses, 7 % des foyers ont dû annuler ou reporter un achat immobilier en raison de la crise et 4 % ont annulé ou reporté un achat de véhicule automobile. L’augmentation de la consommation d’Internet a, en revanche, concerné 70 % des foyers. Aussi, 70 % d’entre eux déclarent faire plus attention aux prix des produits alimentaires et de consommation de tous les jours et 39 % ont changé les types

de produits alimentaires qu’ils avaient l’habitude d’acheter. Au niveau des médias, la télévision a tiré son épingle du jeu, avec 68 % des personnes interrogées qui ont augmenté leur utilisation de ce support. Elles sont 62 % pour les réseaux sociaux, 45 % pour la presse électronique, tandis que la presse écrite a stagné.

L’étude a exploré les attentes des personnes interrogées en termes de publicité. 38 % des foyers souhaitent que les entreprises fassent plus de publicité en période de crise sanitaire, mais ils sont 27 % a en vouloir autant, 25 % à en vouloir moins, et 10 % à souhaiter un arrêt de la publicité. Une majorité écrasante de 87 % des foyers souhaite que le contexte sanitaire soit pris en compte dans les publicités. Enfin, 82 % des foyers estiment que les programmes et campagnes de sensibilisation sur le Covid-19 diffusés à la télévision ont été très utiles.

Articles à la une