L’AFD fait le bilan de l’impact du tramway, 10 ans après sa mise en service

Une étude commanditée par l’Agence Française de Développement (AFD), Casa Transports et la Société de Tramway de Rabat-Salé (STRS) estime que l’arrivée du tramway dans les villes de Casablanca et de Rabat-Salé a apporté un « changement qualitatif et quantitatif, par bien des aspects, aux populations qui peuvent en bénéficier ». Le document a été publié en avril dernier dans la revue ExPost de l’AFD et présenté par cette dernière au Maroc mi-novembre au cours d’un webinaire. Deux lignes sont aujourd’hui en service dans chacune des deux villes et des extensions et nouvelles lignes sont prévues. Les auteurs, dans une synthèse de l’étude, indiquent que le tramway permet d’accéder à plus d’emplois et de services en un temps donné, pourvu que l’origine et la destination restent proches de la ligne. Le tramway a d’ailleurs réussi à trouver son public : il est en effet utilisé par 10 % des Rabatis qui habitent à moins de 500 m d’une station tandis que 13 % des Bidaouis le prennent pour aller au travail et qu’un tiers de ces derniers l’empruntent une fois par semaine. Le tramway est perçu comme un moyen de transport abordable, sûr, moderne et digne. Il est particulièrement apprécié par les femmes, qui constituent quasiment la moitié de ses usagers. En revanche, il reste inaccessible aux plus pauvres, qui habitent de plus en plus en grande périphérie, et qui utilisent plutôt les moyens de transport informels. Les auteurs montrent que le « mode projet » qui a été utilisé pour développer les tramways s’est révélé efficace, mais il a eu pour conséquence une intégration limitée dans les politiques urbaines et d’aménagement des deux villes. Le tramway se révèle performant en termes d’émissions de gaz à effet de serre par rapport aux autres modes de transport motorisés. Toutefois, pour atteindre la neutralité carbone de ce mode de déplacement, il faudra prendre en compte le fait que de nombreux usagers rejoignent le tramway avec des modes émetteurs (par exemple les taxis), et que l’électricité du Maroc est pour le moment produite en majorité à partir de charbon et d’hydrocarbures. Enfin, les auteurs remarquent que le tramway est perçu comme un mode de transport inclusif, où prédomine la diversité sociale, avec notamment une accessibilité aux personnes en situation de handicap.

Articles à la une