La première partie de la COP biodiversité prend fin

C’est l’autre grande COP. Si la COP26 consacrée au climat s’est ouverte à Glasgow fin octobre, la première partie de la COP15 biodiversité s’est, de son côté, ouverte à Kunming en Chine le 11 octobre et s’est terminée le 15 octobre. Plusieurs fois repoussée, elle s’est tenue en grande partie en ligne et sa seconde partie prévue au printemps 2022 doit cette fois accueillir physiquement les participants, relate l’AFP. Comme le climat, la biodiversité connaît une dégradation continue sur la planète. Les participants doivent se mettre d’accord sur les moyens d’assurer sa préservation. Cela doit se concrétiser par l’adoption d’une convention sur la diversité biologique, qui régira la période post-2020 et « définit un plan ambitieux visant à mettre en œuvre une action de grande envergure afin de transformer la relation de la société avec la biodiversité et de faire en sorte que, d’ici 2050, la vision commune d’une vie en harmonie avec la nature soit réalisée », selon l’ONU. Selon l’AFP, une déclaration de Kunming a d’ores-et-déjà été adoptée et fait référence à l’objectif de protéger 30 % de la planète d’ici 2030. Des engagements ont aussi été pris par certains pays, qualifiés de « début modeste » par l’ONG de défense de l’environnemental Greenpeace.

Articles à la une