La médiation : une opportunité dans le monde du travail

Yasmine EssakalliMaître Yasmine Essakalli, Avocat à la Cour Médiateur Agréé CME-CMAP

La médiation, processus de règlement amiable des différends par lequel les parties tentent, avec l’aide d’un médiateur, de trouver une solution négociée à leur différend, opère dans de nombreux domaines du droit, dont celui du travail.

Les conflits entre un salarié et son employeur résultent en général du non-respect de l’exécution du contrat de travail, d’une interprétation différente des conditions de travail, de changements de fonctions, de harcèlement, de sanctions disciplinaires ou de la contestation des motifs d’un licenciement.

Dans tous ces cas, le recours à la médiation permettrait au salarié et à l’employeur de communiquer, de s’exprimer, en dehors du cadre juridictionnel et procédurier, mais surtout en dehors d’un cadre hiérarchique.

Rétablir la communication entre les parties grâce à l’écoute

Par l’utilisation de certains outils, que sont l’écoute, le questionnement et la reformulation, le médiateur amènera les parties à « libérer leur parole », aidé en cela par le caractère confidentiel de l’ensemble du processus.

Le salarié et l’employeur pourront alors, et c’est le but même de la médiation, échanger, discuter, apporter des éclaircissements, des clarifications, faire des mises au point… Ils ont même la possibilité de se disputer, critiquer, contester, revendiquer et se contredire sur des questions aussi diverses que les horaires de travail, son organisation ou les objectifs attendus.

Bien plus, les salariés pourront s’exprimer sur des aspects plus profonds tels que leur ressenti, leur frustration et leur crainte par rapport à leur place dans l’entreprise, au manque de reconnaissance de leur travail, à leur implication et à leur investissement dans leur mission, et ce, ouvertement et clairement.

En effet, le fait de pouvoir s’expliquer devant un tiers médiateur, de se faire entendre et de communiquer, fournira aux parties des réponses et des explications, sur les besoins, les contraintes et les attentes de chacune d’elles.

Il est vrai que la réorganisation du travail, les pressions liées aux objectifs, la concurrence intense entre entreprises, pour ne citer que cela, engendrent de nombreuses tensions, de nombreuses difficultés tant pour les employeurs que pour les salariés. Tout cela se traduit par du stress au travail qui rend difficile, si ce n’est impossible dans certains cas, la communication.

Ces situations peuvent entrainer un certain nombre de réactions comme l’« abandon » qui peut se matérialiser par la passivité, la démission ou le licenciement, ou une situation de « guerre » qui peut se concrétiser par une mutation ou en plainte pour harcèlement.

Un processus de médiation structuré

Les premières phases du processus de médiation amèneront chacune des parties à déterminer ses besoins, ses intérêts et à les faire non pas connaitre à l’autre, mais reconnaitre par l’autre, ce qui permettra de faire émerger des idées, des opportunités, des solutions possibles et, in fine, la solution.

Le processus de médiation permet au médiateur de s’entretenir avec les parties aussi bien à travers des entretiens individuels, qui encouragent certains à s’exprimer plus librement, que des réunions plénières qui favorisent le débat.

En effet, la mission du médiateur sera de faire émerger de façon neutre, indépendante, impartiale et confidentielle, les positions du salarié et de l’employeur en ayant recours à différentes techniques. L’objectif est de leur permettre de gérer leurs émotions afin de pouvoir s’écouter et se comprendre mutuellement.

Grâce à l’ensemble du travail réalisé par tous les intervenants au processus, le salarié et l’employeur pourront élaborer, ensemble, leur solution mettant fin à leur différend. Cette solution sera négociée par eux-mêmes et pour eux-mêmes.

Favoriser le développement d’un climat de confiance au sein de l’entreprise

La médiation permet de créer, de restaurer ou de développer au sein de l’entreprise un climat de confiance, basé sur la communication. Elle permet à l’employeur de limiter la multiplication des conflits, d’éviter de se séparer d’un salarié compétent qui connait parfaitement l’entreprise, et surtout de démontrer l’intérêt et l’attention que porte la direction à ses équipes. Le salarié a quant à lui la possibilité d’obtenir des réponses ou des éclaircissements qui peuvent se traduire par une amélioration de l’organisation du travail et des conditions de travail, et donc avoir un impact positif sur la compétitivité de l’entreprise.

Le cadre législatif de la médiation existe, et les étapes du processus sont établies, il appartient aux salariés et aux entreprises, à travers leur direction générale, leur direction des ressources humaines et leur direction juridique, de se les approprier afin de limiter les conflits en droit du travail et de ne réserver au juge que les litiges qui requièrent l’application ou l’interprétation d’une règle de droit.

En conclusion, la médiation est une véritable opportunité, très efficace, et simple à mettre en œuvre, parfaitement adaptée pour favoriser la reprise, le maintien et l’amélioration du dialogue au sein de l’entreprise et qui est sécurisée par un cadre légal et un processus défini, ce qui explique que plus de 75 % des dossiers de médiation menés par le Centre de Médiation pour l’Entreprise de la CFCIM, le CME, ont abouti à un accord.

Articles à la une