La Fondation Heinrich Böll fait le point sur les énergies du Maroc

« Quelles sources d’énergie utilisées au Maroc et pour quels usages ? ». C’est la question que s’est posée la Fondation Heinrich Böll dans une étude qui vient d’être publiée. Dans une présentation  du travail sur son site Internet, l’organisme estime qu’« il reste aujourd’hui assez difficile et laborieux d’avoir des informations accessibles et directes et un aperçu clair et global sur la composition du mix énergétique au Maroc ». Le document réunit par conséquent des statistiques sur le sujet. Le tout premier constat est que le Maroc est fortement dépendant des importations d’énergie. Ainsi, son approvisionnement en sources d’énergie moderne (par opposition aux sources d’énergie traditionnelles, comme le feu de bois) est importé à 89 %. Un chiffre qui est néanmoins structurellement en baisse grâce au développement des projets en énergies renouvelables. Malgré la multiplication de ces derniers, « la structure du bilan énergétique reste dominée par des produits pétroliers » qui représentent une part de 57,5 % de la consommation énergétique. Elle a toutefois fortement diminué, puisqu’elle atteignait 83 % en 1980. En revanche, celle du charbon est passée de 8 % à 28,5 %. La part des énergies renouvelables dans la consommation d’énergie primaire était encore de seulement 3,7 % en 2019.

Articles à la une