Avec l’avancée de la campagne de vaccination, les restrictions peu à peu levées

Depuis la fin du mois de Ramadan, de nombreux assouplissements des restrictions ont été annoncés par le Gouvernement. À l’échelle internationale, la vaccination progresse dans les pays avancés, mais peu encore dans les pays pauvres. L’heure est néanmoins à l’optimisme pour l’économie mondiale.

La campagne marocaine de vaccination contre le SARS-CoV-2 a accéléré ces dernières semaines. Le Royaume a, en effet, reçu plusieurs millions de doses du vaccin du laboratoire chinois Sinopharm, ainsi que des doses livrées par le dispositif Covax piloté par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Les autorités ont ainsi peu à peu élargi les catégories de la population qui peuvent être vaccinées. Si aucune annonce officielle n’a été faite, plusieurs médias ont constaté que les personnes de plus 40 ans obtiennent désormais des rendez-vous de vaccination. Le 14 juin, 9,36 millions de personnes ont reçu une première dose d’un des deux vaccins utilisés dans le Royaume : ceux de Sinopharm, et d’AstraZeneca et l’Université d’Oxford. 7,32 millions de personnes ont reçu une deuxième dose. En revanche, l’administration des premières doses semble avoir ralenti mi-juin, faute de nouvelles livraisons de vaccins.

Raccourcissement du couvre-feu

Alors que les restrictions qui avaient été mises en place pendant le mois de Ramadan avaient été étendues à l’Aïd el Fitr, les autorités ont annoncé de nombreux assouplissements depuis mi-mai. Ceux-ci semblent avoir été permis par les avancées de la campagne de vaccination et la baisse des cas de coronavirus.

Ainsi, à partir du 21 mai, le couvre-feu a été raccourci, mais demeure en vigueur de 23 h à 4 h 30. Les cafés et restaurants peuvent rester ouverts jusqu’à 23 h. À partir du 1er juin, les rassemblements de 50 personnes maximum dans les espaces fermés et 100 personnes dans les espaces ouverts ont été autorisés. Pour accueillir plus de monde, une autorisation des autorités locales est requise.

Les théâtres, cinémas, centres culturels, bibliothèques, musées et monuments peuvent rouvrir à 50 % de leur capacité. C’est égalementlecasdessallesdesfêtes,avec100personnesmaximum. Les plages ont aussi rouvert, tout comme les piscines publiques à 50 % de leur capacité. Un communiqué du Cabinet Royal a en outre indiqué que Sa Majesté le Roi avait décidé la réouverture progressive des mosquées fermées.

Mise en place d’un pass vaccinal

À partir du 7 juin, c’est un pass vaccinal qui a été mis en place. Celui-ci, qui peut-être téléchargé ou retiré auprès des autorités locales, selon un communiqué du Gouvernement, atteste qu’une personne a été vaccinée, à travers notamment un QR Code qui peut être lu par une application prévue à cet effet. Les personnes vaccinées peuvent donc se déplacer sur tout le territoire national, circuler pendant le couvre-feu, et voyager à l’étranger.

Le 6 juin, un communiqué du Ministère des Affaires Étrangères, de la Coopération Africaine et des Marocains Résidant à l’Étranger a annoncé un assouplissement des « restrictions sur le déplacement des voyageurs désirant accéder au territoire national ». Ainsi, une reprise des vols de et vers le Royaume aura lieu « à compter du 15 juin 2021 ». L’espace aérien du pays est toujours fermé, mais ces vols disposeront d’autorisations exceptionnelles. Deux listes de pays ont été établies et seront régulièrement actualisées. Une liste A regroupe les pays ayant une situation épidémiologique positive, tandis que la liste B réunit ceux « qui connaissent une propagation des variantes ou l’absence de statistiques précises sur la situation épidémiologique ».

En ce qui concerne les personnes provenant des pays de la liste B, les conditions pour accéder au territoire national sont plus restrictives. Même si le Ministère, dans les jours qui ont suivi l’annonce, a modifié les conditions d’accès pour finalement les alléger pour les deux listes. Celles-ci sont disponibles sur les réseaux sociaux du Ministère.

Baisse des prix du transport pour les MRE

Cette reprise des vols avec les pays avec lesquelles les liaisons avaient été suspendues, dont la France, concernera notamment les Marocains résidant à l’étranger (MRE) qui, pour beaucoup, n’avaient pas pu se rendre dans le pays en 2020. Le 13 juin, un communiqué du Cabinet Royal a demandé aux compagnies de transport, en particulier Royal Air Maroc, de pratiquer des prix raisonnables et d’augmenter le nombre de rotations. En conséquence, la RAM a annoncé, quelques heures après, avoir nettement réduit les prix des billets proposés aux MRE.

Cette décision devrait faciliter la venue des Marocains résidant en Europe, entravée cette année par la décision du Gouvernement marocain de ne pas autoriser les liaisons maritimes avec l’Espagne. Des liaisons, plus coûteuses, avec la France et l’Italie devraient être mises en place.

L’arrivée de MRE et de touristes étrangers, si elle se concrétise, devrait soulager en partie le secteur touristique du Royaume, qui fonctionne toujours au ralenti, et donner un bol d’air à l’économie. Début juin, le Haut-Commissariat au Plan a confirmé que la récession a atteint 6,3 % en 2020.

1 milliard de doses pour les pays pauvres

Au plan international, le G7 qui s’est tenu dans les Cornouailles, au Royaume-Uni, a marqué une nouvelle étape du retour des États-Unis dans les enceintes multilatérales depuis la prise de fonction du Président Joe Biden. À cette occasion, les dirigeants des plus grandes démocraties de la planète se sont engagés à fournir 1 milliard de doses de vaccins aux pays les plus pauvres, un objectif jugé insuffisant par de nombreuses ONG. Les participants ne se sont pas engagés, notamment, sur une levée des brevets sur les vaccins. En effet, les campagnes de vaccination peinent toujours à démarrer dans les pays du Sud, alors que les pays avancés ont vacciné des proportions considérables de leurs populations.

S’il a considérablement ralenti en Europe, permettant la levée de multiples restrictions, le nombre de contaminations reste important, tout comme en Inde, au Brésil ou encore aux États-Unis. Au Royaume-Uni, qui a atteint l’un des taux de vaccination les plus élevés au monde, le variant Delta (initialement apparu en Inde), considéré comme plus contagieux, a provoqué une hausse des contaminations.

Toutefois, l’heure est à l’optimisme pour l’économie mondiale. Fin mai, la France a maintenu son objectif de croissance de 5 % en 2021, selon l’AFP, après que l’Insee ait fortement révisé à la baisse la croissance au premier trimestre 2021 qui est ainsi passée de 0,4 % à 0,1 %, en partie à cause d’une estimation plus favorable de la croissance en 2020.

5,8 % de croissance de l’économie mondiale en 2021

La Commission européenne a, de son côté, prévu pour l’UE une croissance de 4,2 % en 2021 et de 4,4 % en 2022, soit une « nette amélioration » par rapport aux prévisions de l’hiver 2021, indique-t-elle. Mi-juin, tous les États membres de l’UE ont finalement ratifié l’ambitieux plan de relance européen élaboré après d’âpres négociations l’été dernier. Ce plan va permettre à l’Union d’émettre pour la première fois de la dette commune.

L’OCDE, fin mai, a pronostiqué une croissance de 5,8 % pour l’économie mondiale en 2021, alors qu’elle n’attendait que 5,6 % en mars dernier, relaie l’AFP. Mais elle prévient aussi que « trop de vents contraires persistent », notamment « tant que la grande majorité de la population mondiale ne sera pas vaccinée, nous restons tous à la merci de l’émergence de nouveaux variants ».

Rémy Pigaglio

Articles à la une