2020, année la plus chaude jamais enregistrée au Maroc

L’année 2020 a été l’année la plus chaude jamais enregistrée au Maroc, devant (dans l’ordre) les années 2017 et 2010, a indiqué fin avril dernier la Direction Générale de la Météorologie, relayée par l’agence MAP. Une anomalie de température moyenne nationale de +1,4 °C par rapport à la normale climatologique sur la période 1981-2010 a été constatée cette année. Le climat a été marqué par des températures minimales et maximales annuelles anormalement chaudes ainsi que par un déficit pluviométrique presque généralisé sur tout le territoire. La ville de Fès a par exemple connu deux nouveaux records de température maximale mensuelle, avec 23,78 °C en février et 40,4 °C en juillet, dépassant ses deux précédents records de plus de 2 °C. 2020 a aussi été classée parmi les quatre années les plus sèches depuis 1981. Fin avril également, à l’occasion de la présentation du rapport annuel de l’Organisation météorologique mondiale, le Secrétaire Général de l’ONU Antonio Guterres a de son côté indiqué que l’année 2020 avait connu une température moyenne mondiale de 1,2 °C plus chaude qu’à l’ère préindustrielle et que les six années depuis 2015 ont été les plus chaudes jamais enregistrées, rapporte l’agence MAP. Il a estimé que l’année 2021 serait une année « charnière » pour l’avenir de l’humanité. Les efforts des États ne sont toujours pas suffisants pour atteindre les objectifs fixés par l’Accord de Paris sur le climat en 2015, alors que de nouveaux engagements ont été pris fin avril dernier lors d’un sommet organisé par le Président Joe Biden.

 

 

Articles à la une